Marcel NEVEU

 

   1935 - 1993

Exorcisme.

 

Acrylique sur toile.

Signée et datée 90 en bas à droite.

Format 81 - 100 cm

Raison Pure.

 

Acrylique sur toile.

Signée et datée 89 en bas à droite.

Format 65 - 54 cm

Composition.

 

                               Acrylique sur toile.                                             Signée et datée 84 en bas à droite.                       Format 146 - 114 cm

Image du moi.

 

Acrylique sur toile.

Signée et datée 90 en bas à droite.

Format 81 - 100 cm

Cas des exigences.

 

Acrylique sur toile.

                   Signée et datée 89 en bas à droite.            Format 81 - 65 cm

Gratification.

 

Acrylique sur toile.

                   Signée et datée 89 en bas à droite.            Format 73 - 92 cm

 l'âge de 14 ans, Marcel NEVEU obtient son CAP de menuisier-ébéniste au HAVRE. Il étudie ensuite aux beaux-arts dans sa ville natale entre 1949 et 1953. Élève de Gérard DESGRANGES, il fait la connaissance de Jean DUFY.

Il expose à la galerie HAMON du HAVRE.

En 1954, Marcel NEVEU arrive à la Grande-Chaumière à PARIS, où il est l'élève de MAC - AVOY, avant de fréquenter l'atelier du peintre Gustave CORLIN où il y prépare le concours d’entrée à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Dès son admission, Marcel NEVEU intègre, avec Pierre CARRON, R. FAURE, P. AMBILLE, l'atelier de Raymond LEGUEULT. 

Marcel NEVEU fréquente également les salons parisiens, la galerie de Seine à LONDRES.

Avec FAURE, CARRON (prix de Rome), HUMBERT, ils créent un atelier à ROSNY-SOUS-BOIS 

en 1955-1956 et plusieurs expositions personnelles et de groupes s’enchaînent.

Il sera sélectionné pour l'exposition à DUNKERQUE, du « Tricentenaire du rattachement de la ville à la FRANCE », retenu également pour l'exposition « PARIS capitale Le Marais » avec les peintres témoins de leur temps. Il expose à la galerie de Seine à LONDRES en 1957. Avant de partir au service militaire il partage un atelier et travaux en commun avec le peintre Pierre LONGCHAMP Il travaille dans les ateliers d'architecture de M. FAUGERON et ZAVARONI.

Marcel NEVEU concilie l'architecture et la peinture, il crée de nombreux plans et maquettes dont l’étude des volumes en maquette de 12 villages du 1er club Méditerranée en collaboration avec Mademoiselle Noëlle JANET et Christian DEMONCHY pour la Martinique. Il se focalise sur l'étude des volumes et est collaborateur direct du groupe pour l’étude de l’extension de la ville de BORDEAUX, exécution de la maquette au 1/10000e de la Vallée de l’Oise pour l’O.R.E.A.V à NOYON. Il fait de nombreuses études de volumes d’intérieurs et extérieurs pour des Ateliers d’Architecture.

Marcel NEVEU réalise des études, des projets, des constructions neuves, de restauration à

LE VAUDOUEBARBIZONNOISY-SUR-ECOLE, ÉTAMPESBALLANCOURT.

la maison de Philippe COUSTEAU, de Bernard DARNICHE et notamment les boutiques de la place de Milly-la-Forêt. ainsi que pour de nombreuses personnalités du milieu artistique demeurant dans la région parisienne et région Centre.

Après s'être éloigné de la région parisienne, Marcel NEVEU, abandonnant sa profession d'architecte, s'est consacré uniquement à sa création. Pendant des années, Marcel NEVEU a eu pour ambition de se "confronter" au "néant", de découvrir les mystères, d'explorer la peinture comme initiation ésotérique. Après des détours par le sable, ou l'encre de Chine, la mosaïque ou le cuivre, après des factures diverses empruntant à PICASSO, à DUFY, MATISSE, ou BONNARD, aussi suite à des périodes d’œuvres tourmentées ou inquiètes.

 

Marcel NEVEU affirme son identité dans la plus grande sérénité : abstractions lyriques, jeux de rythmes et de couleurs. L'essentiel commence à se dévoiler dans une évidence de plus en plus perceptible, dans "un périple" qui témoigne de plus en plus solidement et profondément de ses premières étapes.

Dans les années 1960, il se libère de l’académisme des beaux-arts. Son art devient plus personnel, s'exprimant dans la plus grande liberté, il engage ses premiers pas en abstraction. Jean-Clarence LAMBERT récemment exprime avoir été "d'émerveillement en émerveillement" et on ne peux rattacher Marcel NEVEU à aucune des grandes écoles du xx° siècle. Il n'est ni fauve, ni expressionniste ou abstrait, ni matérialiste ou collagiste, il est tout cela à la fois. Il est le plus libre

des artistes. Marcel NEVEU, c'est la rage de l'expression.

En 1974, le Ministère de la Coopération lui confie une mission d'enseignement à l'Institut des Arts de DAKAR. A son retour, il fait la connaissance des peintres Gérard SCHNEIDER et Michel CADORET (conçoit et réalise son atelier à Cerny, participe

à l’organisation et l’accrochage de son exposition rétrospective au Musée de Saint-Germain-en-Laye), du photographe 

Édouard BOUBAT et des sculpteurs Diego GIACOMETTI et Jean TOURET, avec lesquels il se lie d'amitié.

Créateur infatigable, généreux et sensible, il fonde le salon Art et Matière en 1975 à MAISSE, qui perdure toujours. En 1980, il est nommé enseignant en expression libre par le Ministre de la CultureIl organise en 1981 deux importantes expositions personnelles au Grand-Orient de France et à la galerie Hamon au Havre2. Marcel NEVEU est sélectionné pour l’exposition

« La gravure en relief » présentée au château de TOURS, au musée de Gravelines, au musée-château d'ANNECY, organisée par le ministère de la cultureIl fait son entrée à la Bibliothèque nationale de France avec son Autoportrait et Le Violoniste bleu, tirages sur vélin d’Arche. Marcel NEVEU est sélectionné pour le Festival international d'art contemporain à OSAKA.

Invité par la présidence du Sénat, il expose à l'Orangerie du Luxembourg en 1981, cette exposition sera placée sous le haut patronage d'Alain POHER, président du Sénat, et de son cabinet. Peu après, il expose à la Maison de l'Europe sous la direction de Jack LANG, à l'occasion de la première Fête de la musique et en crée l’affiche. Il réalise de nombreuses illustrations de couvertures pour la collection « Le fait psychanalytique », aux Presses universitaires de France.

En 1992, il cofonde ARTEC, collectif d'art contemporain, avec Françoise ICART.

Il a été invité d'honneur au Salon d'Art Contemporain de YOKOHAMA. Il est saisi d'une proposition d'exposition au Museum of Art de LOS ANGELES et à MIAMI.